L’erreur est humaine, le pardon est divin

PARDON

Avec l’«amour», le «pardon» est probablement le terme le plus galvaudé et en même temps le moins bien compris dans le langage humain. La signification du pardon a été déformée par la compréhension erronée que l’on en a. Pardonner ne veut pas dire que nous devions supporter les abus de nos partenaires de vie, libérer les criminels, rester dans un emploi qui ne nous convient pas… Pourtant, nos croyances, dues à notre éducation, font que pardonner est synonyme de faiblesse ou encore que le pardon doit être manifesté par des mots ou des attitudes. Pourtant, le vrai pardon est une fonction de l’amour qui tend à comprendre l’ombre chez l’autre et à libérer la douleur pour laisser la place à la paix. Le pardon n’est pas une attitude supérieure (je vaux mieux que l’autre, je suis plus «saint» que lui), mais au contraire une histoire d’amour entre moi et moi.

Pourquoi le pardon est-il si difficile ? Le plus grand obstacle au pardon est notre ego négatif qui aime rester accroché à d’anciens griefs. Il est la plus grande source de résistance au pardon. Notre ego négatif est ce qui empêche notre bonheur et notre paix intérieure. Il fait que nous gardons en nous des griefs, des sentiments d’amertume, des ressentiments qui créent du stress, des ulcères et autres maladies psycho-somatiques. C’est à nous de faire le choix de nourrir notre ego ou notre âme, d’avoir raison ou d’être heureux…

Tout comme les autres qualités de l’âme (la paix, l’amour, l’innocence, le respect, l’unité pour n’en citer que quelques unes) le pardon ne nécessite pas le «faire». C’est une attitude intérieure qui commence par le désir de se libérer de nos bagages émotionnels et par le choix de fonctionner à partir de l’âme plutôt qu’à partir de l’ego négatif. Le pardon est la volonté de percevoir chacun, y compris nous-mêmes, comme une expression de l’amour. C’est la volonté d’abandonner nos anciennes casseroles qui nous font du tort. Le pardon nous permet de vivre une vie pleine et harmonieuse mais notre responsabilité consiste en notre choix de vouloir lâcher-prise de nos «vieilles casseroles» en n’y restant pas accrochés par nos pensées, nos ressentis. Tant que nous ne pouvons oublier le passé (douloureux) nous n’avons pas vraiment lâché-prise. Lorsque nous oublions délibérément le passé douloureux, lorsque nous choisissons de ne plus y penser, l’ego négatif a moins de prise sur nos pensées. Avez-vous déjà remarqué que lorsque nous regardons nos sentiments négatifs calmement, honnêtement et que nous y réagissons de manière responsable, ceux-ci disparaissent comme par enchantement ?

Si nous regardons le mot pardon de plus près, nous trouvons par et don. Nous rendons (donnons) en quelque sorte la liberté à nos sentiments négatifs par le lâcher-prise du pardon. Notre choix, notre responsabilité, consiste à lâcher-prise de la douleur éveillée en nous par l’impact des actes, paroles, attitudes de l’autre envers nous. L’autre peut s’excuser de ses actes, paroles, attitudes mais la guérison intérieure ne se fait que lorsque nous lâchons prise de nos sentiments négatifs.

Ce processus ne se fait pas du jour au lendemain, mais se met en place petit à petit. Le désir intime, profond, de fonctionner à partir de son âme et non plus de son ego négatif – le désir de vivre en paix dans le coeur et dans la tête est le point de départ pour faire émerger le vrai pardon. Si par contre vous sentez que pardonner rajoute une obligation dans votre vie, vous fonctionnez à partir de votre ego négatif. Etre conscient de ce qui nous habite nous permet de faire nos choix et si nous comprenons que le pardon est la porte d’accès à notre bonheur cela nous permet de faire le choix d’avancer à partir de notre âme. Lorsque vous vous sentez attaqué par l’autre, il vous faut d’abord vous occuper de la douleur que ceci provoque en vous. Essayer de pardonner sans avoir lâché-prise des sentiments de colère, etc… n’est pas possible. Si nous ne sommes pas en paix, comment pouvons-nous pardonner ? Une bonne habitude à prendre est de s’arrêter et de respirer profondément, revenir à nous-mêmes, lorsque nous éprouvons des difficultés à décrocher de nos pensées négatives. Analysez vos émotions, prenez du recul (mettez-vous en retrait, en observation) pour les voir de plus loin, sans y être collés. Mettez-les éventuellement sur papier pour les clarifier, et donnez-vous le temps de pardonner après, si le pardon dans l’instant n’est pas possible. Ne vous sabotez pas par des «il faut» et «je dois»… cette voix-là c’est encore l’ego négatif !

Lorsque vous aurez compris (et vécu) que l’énergie du pardon se trouve en vous et qu’elle ne doit pas venir des autres, vous deviendrez co-créateur de votre vie en toute conscience. Ceci ne peut se manifester que lorsque nous devenons responsable de chaque aspect de notre vie et de nos relations. Lorsque nous ne chercherons plus l’amour, la sécurité, la paix à l’extérieur de nous mais l’aurons trouvé en nous par la grâce du pardon, une nouvelle vie s’offrira à nous. Serait-ce cela le paradis sur terre ?

Michael Patrick Bovenes, Circle of Light Publishing
Traduit de l’anglais par Brigitte Soille

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s