MAHMOUD ABBAS DÉMISSIONNE DE LA DIRECTION DE L’OLP POUR PROVOQUER UNE ÉLECTION INTERNE. A SUIVRE. Mais la Paix ne va plus tarder. 

Benjamin Netanyahu, Barak Obama et Mahmoud Abbas

22 aout 2015

Le président palestinien Mahmoud Abbas a présenté samedi sa démission du poste de président du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (CEOLP), de même que plus de la moitié des 18 membres de cette instance, a indiqué un responsable à l’AFP.

La démission de M. Abbas de la présidence de la plus haute instance exécutive de la direction palestinienne n’affectera pas ses fonctions à la tête de l’Autorité palestinienne ni la campagne diplomatique des Palestiniens pour tenter de faire avancer le processus de paix avec Israël, au point mort.

En revanche, ces démissions provoquent de fait la convocation dans le mois qui suit du Conseil national palestinien (CNP), le Parlement de l’OLP qui ne s’est pas réuni depuis près de 20 ans.

Le CNP, qui compte 740 membres, répartis dans les Territoires occupés et dans la diaspora, regroupe tous les mouvements palestiniens à l’exception des mouvements islamistes du Hamas et du Jihad islamique.

La possibilité pour ses membres de se rendre en Cisjordanie occupée où siège l’Autorité palestinienne  reste suspendue à l’obtention de laissez-passer de la part d’Israël.

«La démission de Mahmoud Abbas du Comité exécutif et celle de plus de la moitié des membres de cette instance a créé un vide juridique. Par conséquent il a été demandé au CNP de se réunir d’urgence sous un mois pour élire un nouveau Comité exécutif», a expliqué Wassel Abou Youssef, membre du CEOLP, à l’AFP.

Le Comité exécutif est la seule instance habilitée à prendre les décisions engageant les Palestiniens –dans les Territoires occupés comme de la diaspora– notamment dans le cadre du processus de paix avec Israël. C’est ce Comité qui avait signé les accords d’Oslo sur l’autonomie en 1993.

Les démissions ne prendront effet qu’à la tenue de la réunion du CNP. Entretemps, Saëb Erakat a annoncé samedi avoir «été élu par le CEOLP secrétaire général» provisoire de l’instance à la place de Yasser Abed Rabbo récemment suspendu de ses fonctions par M. Abbas.

Pour de nombreux observateurs, ces démissions relèvent de manoeuvres visant à entériner ce remplacement, alors que des médias palestiniens et arabes se sont fait ces derniers temps l’écho d’informations selon lesquelles M. Abbas chercherait à démissionner de la présidence de l’Autorité palestinienne sous quelques mois.

À cela s’ajoutent les luttes fratricides entre Palestiniens: l’Autorité de Mahmoud Abbas accuse le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, de chercher à l’écarter en concluant en sous-main un accord avec l’État hébreu qui entérinerait la division politique des Territoires occupés, séparés par la géographie.

Autorité palestinienne: le grand rival d’Abbas appelle à son éviction

24 aout 2015-08-27

Mohammed Dahlane, l’ex-homme fort du Fatah à Gaza désormais en conflit ouvert avec le président Mahmoud Abbas, a appelé la direction palestinienne à évincer ce dernier, lançant les hostilités à l’approche d’un congrès réuni pour la première fois en près de 20 ans.

M. Dahlane, ancien puissant chef de la sécurité intérieure à Gaza, vit désormais en exil aux Émirats arabes unis. Il est tombé en disgrâce après la déroute de ses forces face aux combattants du Hamas en 2007, quand le mouvement islamiste a pris le pouvoir dans cette enclave. Il a depuis été exclu du Fatah, le parti de M. Abbas.

Condamné ensuite à deux années de prison ferme par contumace, il n’est plus revenu dans les Territoires occupés depuis des années. Mais, depuis le Golfe, il intervient régulièrement dans le débat politique palestinien et sa rivalité avec M. Abbas reste entière.

Le poids de ses alliés au sein du Fatah et de la direction palestinienne pourrait être l’un des enjeux majeurs de la prochaine réunion du Conseil national palestinien (CNP), le Parlement de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), prévue en septembre.

Le CNP ne s’est plus rassemblé depuis 1996. M. Abbas et plusieurs dirigeants de l’OLP ont créé les conditions d’une nouvelle réunion de ce parlement en présentant leur démission de l’exécutif de l’OLP, seul habilité à prendre les décisions engageant les Palestiniens.

Ces démissions sont purement procédurales, font valoir de nombreux responsables. Elles doivent être présentées au CNP pour devenir effectives et provoquer un renouvellement de l’exécutif.

M. Dahlane a appelé lundi sur sa page Facebook à prendre M. Abbas au mot. Il faut, dit-il, «annoncer l’acceptation de la démission de Mahmoud Abbas et des autres démissionnaires (…) déclarer nulles toutes les décisions d’Abbas et de ses alliés, car elles sont illégales (…) déclarer l’État de Palestine et aussitôt convoquer des élections présidentielle et législatives».

Il s’adresse nommément aux principaux cadres de l’OLP, dont des chefs des petits partis, ainsi qu’à Marwane Barghouthi, un leader du Fatah emprisonné par Israël et lui aussi vu comme un hypothétique successeur de M. Abbas.

Les informations circulent de façon de plus en plus insistante sur un départ de M. Abbas dans les prochains mois.

Pour les détracteurs de M. Abbas – à commencer par le Hamas que M. Dahlane appelle à inclure dans les décisions futures pour mettre fin à la division entre Cisjordanie et bande de Gaza -, cette réunion du CNP vise à écarter les opposants au président palestinien pour renforcer ses lieutenants avant son éventuel départ.

chtiglobe

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s