SYRIE : L’ÉLITE IRANIENNE REJOINT LES RUSSES.

L’Iran a envoyé cette semaine les premières troupes terrestres en Syrie, soit environ 1.000 troupes d’élite et de Marine des Gardiens de la Révolution iranienne (CGRI). Ils ont fait directement mouvement sur Ghorin, une petite installation aérienne militaire, juste au sud du port de Latakieh et se sont raccordés avec les troupe de Mainr russe qui viennent juste d’atterrir à Jablah. Il y a trois semaines, Debkafile  a commencé à mentionner les préparatifs de l’intervention militaire irano-russe mise sur pied afin de sauver le président syrien Bachar al Assad, à la suite des premiers dévoilements sur les renforts russes en Syrie, le 1er septembre.

Nos sources militaires rapportent à présent que Moscou est sur le point d’envoyer une cargaison de systèmes de missiles anti-aériens S-300 en vue de leur déploiement à Jablah, la base que les Russes ont construit à Latakieh* pour que leurs troupes en prennent possession. Ces systèmes de S-300 protégeront aussi l’installation des Iraniens à Ghorin.

Jablah a été convertie en entrepôt très affairé pour les troupes russes qui arrivent encore en Syrie, des combattants des unités des Brigades 810 et 336 de fusiliers de la Marine.

Les avions de chasse et d’interception russes MIG-31 qui se tiennent prêts sur la base aérienne de Mezza à l’aéroport de Damas offrent une couverture aérienne à la combinaison de ces forces russo-iraniennes. Depuis l’ouest, le sous-marin nucléaire géant Dmitri Donskoy TK-20 est en route vers les eaux syriennes. 

Latakieh est, par conséquent en train de se tranformer en puissante enclave militaire russo-iranienne, capable de servir de refuge pour Assad et les hauts-responsables de son régime s’ils sont contraints de quitter Damas.

Selon nos sources militaires, il est encore trop tôt pour déterminer la fonction exacte de cette enclave, si elle sera purement défensive, ou si, après s’y être installées, les forces russes et/ou iraniennes planifient de foncer sur les forces de rebelles syriens et de l’Etat Islamique, qui réalisent actuellement des conquêtes de terrain dans le nord de la Syrie.

Il n’y a aucune preuve tangible permettant de confirmer le curieux point de presse que des sources de haut-rang de la défense israélienne ont offert à des correspondants militaires israéliens, jeudi 10 septembre, en disant que les troupes iraniennes qui arrivent sont venues pour renforcer à grande échelle les unités du Hezbollah et de l’armée syrienne, qui ont tenté sans succès de déloger les combattants rebelles qui tiennent la ville stratégique de Zabadani, depuis bientôt deux mois. Nos sources trouvent que les unités iraniennes et russes sont surtout pleinement occupées, pour le moment, à étendre et équiper leurs nouveaux quartiers de Ghorin et Jablah.

————————

* Latakieh – Connue au ~ IIe millénaire sous le nom de Ramitha, l’actuelle ville syrienne de Lattaquié ou Latakieh (en arabe, al-Lādhiqiyya) dépendait alors de la riche cité phénicienne d’Ugarit, établie à une dizaine de kilomètres au nord. Elle fut appelée par les Grecs Leuké Akté. Son essor date de l’époque séleucide : Séleucos Ier Nicator l’appela Laodicée d’après le nom de sa mère Laodice, l’organisa selon un plan en damier, dont on retrouve encore la trace de nos jours, et l’embellit de monuments. Les Arabes s’en emparèrent en 638, puis les croisés la prirent en 1098 et la conservèrent jusqu’en 1187 quand Saladin les en chassa ; mais Lattaquié ne cessa de décliner au profit d’Alexandrette et de Tripoli. Capitale de l’État des Alaouites à l’époque du mandat français, Lattaquié est devenue, depuis son rattachement à la Syrie, le premier port du pays , point d’exportation de fruits, de coton, de tabac. De grands travaux d’infrastructure (port moderne, voie ferrée) lui ont donné une très forte impulsion. La ville s’est développée rapidement , passant de 25 000 habitants en 1932 à 68 000 habitants en 1960 et à 554 000 en 2008.

—————————————————————————

Parlementaires français à Damas : «Bachar el-Assad n’est pas l’ennemi de la France»

https://fr.wikipedia.org/wiki/Renaud_Girard

La rencontre à Damas de quatre parlementaires français avec Bachar el-Assad a déclenché la colère de François Hollande et Manuel Valls.

Renaud Girard est grand reporter international au Figaro. Il a couvert les grands conflits des trente dernières années. Il donne son avis sur cette initiative diplomatique.

C’est une initiative qui répond à une visite de trois députés syriens l’année dernière à l’Assemblée nationale. Cette visite avait été organisée par un Syrien chrétien d’Alep qui pour l’anecdote était le fils du chef du comité gaulliste en Syrie en 1940 à Alep. Ils ont eu raison de faire ce voyage, ne serait-ce que pour se rendre compte de l’état de la route entre la frontière libanaise et Damas, de l’état de la capitale. Il faut bien comprendre que la diplomatie ne se fait pas avec ses amis. C’est l’art de parler à ses adversaires ou à ses rivaux. Bachar el-Assad incarne la Syrie: rien ne prouve qu’en cas d’élection réellement libre, il n’emporterait pas la majorité.

(…)

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ont fait l’énorme erreur de fermer l’ambassade, qui était pour nous la place où nous pouvions parler au régime et surtout obtenir des renseignements. 

Ils ont fermé l’ambassade afin que nous ne connaissions pas la vérité sur ce qu’ils font en Syrie.

Le gouvernement français par la voix de Laurent Fabius traite la Syrie comme si elle était l’ennemie de la France. Bachar el-Assad n’est pas l’ennemi de la France. Il n’a jamais pris un Français en otage.

Bachar, toujours la main sur le cœur, car il parle le langage du cœur.

chtiglobe

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s