Entretien avec un criminologue spécialiste du terrorisme

Revendiqués par l’État islamique, les attentats simultanés de cette nuit à Paris confirment la mutation de la menace terroriste.
Et surtout, la quasi-impossibilité pour les services de renseignement français de prévenir des attaques kamikazes de ce type.

Dans sa première intervention télévisée vendredi peu avant minuit, François Hollande n’avait pas cité l’ennemi entré en guerre contre la France. C’est chose faite depuis ce samedi matin.

En accusant nommément l’Etat islamique (ou Daech) d’être responsable des attaques à Paris qui ont à cette heure coûté la vie à au moins 128 personnes, le président français relance le débat sur les parades apportées par les services de renseignement qui, depuis plusieurs jours, multipliaient les alertes.

Il y a quelques jours, au Forum de Dakar sur la sécurité, le criminologue et spécialiste du terrorisme Alain Bauer s’était inquiété…

Un témoignage confirmé tragiquement par les attentats simultanés de cette nuit.

Entretien avec le célèbre criminologue A. Bauer, recueilli par Le Temps :

  • Le Temps: Que faire face aux terroristes de l’Etat islamique?

Alain Bauer:

D’abord le nommer. Il faut cesser de parler de «Daech».

Cette nébuleuse extrémiste et meurtrière est un Etat aujourd’hui doté d’un territoire, de deux capitales (Rakka en Syrie et Mossoul en Irak) et d’une armée en partie composée de mercenaires venus volontairement des quatre coins du monde pour le défendre et partir en croisade contre l’Occident.

Sait-on combattre ce type de menace? Sait-on l’éradiquer?

Pas encore.

Le fait qu’on refuse de nommer comme tel l’Etat islamique est pour moi extrêmement révélateur.

Quand on ne sait pas désigner un ennemi, on sait rarement l’affronter et le vaincre.

  • – Qui sont ces combattants terroristes?

– L’Etat islamique est l’archétype de la menace terroriste hybride à laquelle les Etats occidentaux ne savent pas faire face.

A quoi avons-nous affaire?

A une coalition d’extrémistes sunnites montée de toutes pièces par d’anciens officiers de l’armée irakienne fidèles à Saddam Hussein, presque tous passés dans les terribles geôles de Camp Bucca durant l’occupation militaire américaine.

Cet Etat islamique, pour lequel de jeunes musulmans se font sauter au milieu de civils, est dirigé dans l’ombre par d’anciens officiers des services de renseignement, complètement laïcs, qui ont fait de l’extrémisme sunnite leur arme fatale dirigée d’abord contre les chiites, et maintenant contre les Occidentaux qui les pilonnent.

Cette sainte alliance sunnite est un carburant très fort de haine et de violence.

  • La France est-elle particulièrement vulnérable?

– L’armée mercenaire de l’Etat islamique choisit ses cibles en fonction de ses possibilités et des failles qu’elle peut exploiter.

Que voit-on en France?

Des centaines, voire des milliers de jeunes musulmans français veulent partir faire le djihad en Syrie et en Irak.

Or, en les empêchant de partir, le gouvernement ne fait qu’augmenter sa menace intérieure.

L’emballage salafiste est, encore une fois, une arme de guerre, particulièrement explosive dans le cas d’un pays comme la France, qui n’est toujours pas sortie de ses fractures post-coloniales.

L’aspect hybride de ce terrorisme est ce qui le rend le plus compliqué. Il y a ce mélange de jeunesse, de fanatisme, de nationalité, de niveau d’éducation.

A force de nier les réalités, le modèle français de la laïcité a trouvé ses limites. La mobilisation massive en faveur de «Charlie Hebdo» illustre cette impasse.

Derrière ce paravent, la France est fracturée, donc très vulnérable, oui.

Lire la suite >>>

Lire la suite>>>

Trouvée sur le blog actus de Survivre au système.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s