Bombardier russe abattu: un avertissement de l’Otan?

LU DANS LA PRESSE

Pour Murphy Donovan, ancien responsable du groupe de recherche sur la Russie à l’état-major de l’armée de l’air américaine et chercheur en chef au centre de recherches stratégiques RAND, Su-24 a été abattu par la Turquie en signe d’avertissement face à l’efficacité des frappes russes contre les positions des terroristes en Syrie.

« Le F-16 turc qui a tiré sur le bombardier russe était certainement supervisé par un centre de commandement — aérien ou terrestre — de l’armée de l’air américaine, qui a transmis les ordres de confirmation. D’autre part, dire que les Turcs ou les Américains de la base aérienne d’Incirlik ne pouvaient pas identifier le Su-24 dans les airs est absurde. Cet incident était, sinon planifié, au moins coordonné dans les airs », écrit-il.

Peut-être que le Pentagone ne peut pas faire la différence, sur le terrain, entre les musulmans modérés et les terroristes islamiques. Mais il n’est pas si difficile d’identifier un avion, même pour les « professionnels » de l’armée de l’air, ironise l’expert.

Selon lui, la destruction de l’avion russe par les forces de l’Otan pourrait être vue comme un « tir de sommation » pour la Russie, qui a infligé un préjudice aux transports pétroliers de l’État islamique et porté un coup à l’amour propre du président turc Recep Tayyip Erdogan et de son homologue américain Barack Obama. »Il faut rappeler que les Russes se trouvent en Syrie à l’invitation des autorités, ce qui n’est pas le cas des Turcs et des Américains », souligne l’auteur de l’article.

D’après Murphy Donovan, les frappes de l’aviation russe ont permis de révéler « le pire de ce qui se passe en Mésopotamie » — jusque là minutieusement caché. Washington, pour sa part, fermait les yeux.

L’expert indique que jusqu’à ce que l’aviation russe n’arrive en Syrie, la campagne aérienne menée par les USA n’avait pas pour objectif de bombarder les sites de Daech impliqués dans les machinations pétrolières ou les convois pétroliers dirigés vers le nord.L’auteur explique que le sud de la Turquie est, de facto, un lieu sûr pour « former des terroristes sunnites, entreposer des armes, couvrir les extrémistes et stocker le pétrole de contrebande ».

La Turquie craint également que la victoire sur Daech en Syrie et en Irak, avec la participation des Kurdes, assure une légitimité au Kurdistan. Dans ce sens, les intérêts de la Turquie et de l’État islamique dans la région coïncident.

 

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/presse/20151204/1020046436/avion-russe-turquie.html#ixzz3tMj6zIZ1

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s