Ce matin Renault a plongé en bourse de 16 % Peugeot a quant à lui dévissé de plus de 9%

Diesel : Renault a dépassé les normes de CO2
L’affaire Renault n’en finit plus de rebondir. Après l’action qui a chuté de façon spectaculaire ce matin, et la confirmation que des perquisitions avaient été menées au sein de la marque au losange, Ségolène Royal vient d’annoncer qu’un dépassement des normes de CO2 et d’oxyde d’azote avait été relevé chez le constructeur français.

Aujourd’hui 18:13 , actualisé à 18:13 Vu 4458 fois
Renault se trouve en mauvaise posture. Photo R.L./Julio PELAEZ
Renault se trouve en mauvaise posture. Photo R.L./Julio PELAEZ
Tags
A la UneFrance-MondeFil Info
Les plus
ABONNEZ
VOUS

L’affaire Renault n’en finit plus de rebondir. Après l’action qui a chuté de façon spectaculaire ce matin, et la confirmation que des perquisitions avaient été menées au sein de la marque au losange, Ségolène Royal vient d’annoncer qu’un dépassement des normes de CO2 et d’oxyde d’azote avait été relevé chez le constructeur français, ainsi que chez plusieurs marques étrangères.

Suite au scandale Volkswagen, la ministre de l’Ecologie avait demandé que des tests aléatoires soient réalisés sur des voitures tirées au sort, « à partir des plaques d’immatriculation ».

En revanche, il n’existe pas de « logiciel de fraude » concernant Renault, selon la ministre Ségolène Royal. Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a ajouté que la situation de Renault n’était « en aucun cas » comparable à celle de Volkswagen.

Ce matin, l’action a plongé en bourse
Ce matin, l’action Renault a plongé de 16% après l’annonce de perquisitions effectuées la semaine dernière par les services de la répression des fraudes. , entraîné par la chute de Renault.

Selon des syndicats, les perquisitions chez Renault pouvaient avoir un lien avec le scandale des moteurs truqués de Volkswagen. Les « secteurs » concernés par ces perquisitions se trouvaient être en effet l’homologation et la mise au point des contrôles moteur. Les ordinateurs de plusieurs directeurs avaient été saisis.

Le centre d’ingénierie de Lardy, le technocentre de Guyancourt (Yvelines), le site du Plessis-Robinson et le siège à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) ont été visités par les enquêteurs.

Un plan d’investissements de 50 millions d’euros
Après le scandale Volkswagen, Renault avait annoncé en décembre un plan d’investissements de 50 millions d’euros pour réduire l’écart entre les émissions polluantes de ses voitures en conditions d’homologation et en situation réelle.

Ce midi, Renault avait confirmé des perquisitions : « La DGCCRF s’est rendue au siège social, au Centre Technique Renault de Lardy et au Technocentre de Guyancourt », tout en assurant que les tests réalisés à la demande de la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal n’avaient pas détecté de logiciel truqueur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s