LA TERRE N’APPARTIENT À PERSONNE, NOUS AVONS LAISSÉ ASSASSINER LES PEUPLES QUI LA PROTÉGEAIENT. LE PEUPLE YANOMI VOUS PARLE.

 

Le mois dernier, des représentants yanomami ont remis au gouvernement vénézuélien une demande officielle pour la reconnaissance de leur territoire.

Les Yanomami exhortent les autorités à reconnaître leurs droits collectifs à la terre, tels qu’ils sont garantis par la Constitution vénézuélienne. Obtenir cette reconnaissance leur permettra de protéger la forêt amazonienne pour les générations futures.

Une grande partie de leurs terres se trouve actuellement au sein de deux parcs nationaux formant une réserve de biosphère reconnue par l’UNESCO. Cependant, un titre de propriété collectif leur apporterait une plus grande sécurité et leur permettrait de mieux protéger la forêt dans laquelle ils vivent depuis des temps immémoriaux.

L’organisation yanomami Horonami ainsi que de nombreuses autres communautés indigènes ont joint leurs efforts afin de centraliser différentes études, un recensement ainsi que des cartes numériques qui étayent leur demande de droits territoriaux.

De nombreux mineurs illégaux ont envahi une grande partie de leurs terres au cours de ces 30 dernières années. Les conséquences pour cette tribu isolée ont été particulièrement dramatiques : des attaques visant à les exterminer ont été menées par des mineurs armés opérant illégalement sur leur territoire, et ces derniers leur ont également transmis des maladies mortelles telles que le paludisme, la rougeole ou encore la grippe. Les Yanomami ont également été témoins de la destruction croissante de leur forêt, ce qui a rendu leurs activités traditionnelles de pêche et de chasse plus difficiles.

Vidéo : Des images des conséquences dévastatrices de l’exploitation minière sur le territoire des Yanomami du Brésil commentées par Davi Kopenawa, porte-parole et chamane yanomami.

https://www.youtube.com/watch?v=kGmmgv7Q7GI&feature=youtu.be

 

Le 4 avril 2016, deux réseaux d’organisations indigènes d’Amazonie vénézuélienne ont écrit au Président pour attirer son attention sur la situation dramatique des communautés touchées par l’exploitation minière illégale.

Au Brésil, les Yanomami ont réussi à obtenir un grand territoire protégé, ce qui leur a permis de se développer à nouveau suite aux conséquences dramatiques entraînées par le premier contact.

Dans l’État vénézuélien d’Amazonas, toute activité minière est interdite depuis 1989. Pourtant, les mineurs continuent d’opérer illégalement et les communautés indigènes font état d’une augmentation notable de l’utilisation de dragues, de tuyaux hydrauliques à haute pression, et de la présence de mercure et d’autres substances hautement toxiques dans la région.

La suite à lire sur: http://vol370.blogspot.fr/2016/05/1205-la-terre-nappartient-personne-nous.html

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s